La mort d’un maître de thé

Un billet qui fera sans doute sourire et même plus... mes proches, tant ma passion pour le livre et le film La mort d'un maitre de  thé, est grande et dévorante. Jai l'impression de me retrouver devant un paravent d'incompréhension. Quand les tracas et les banalités du quotidien m'envahissent et me deviennent presque insupportables, j'aime à me replonger dans l'esthétique et la philosophie de cette oeuvre majeure de la culture japonaise. Au delà du caractère un peu abrupte et austère de cet opus, c'est pour moi une ode à la purété et à l'authenticité. Même si l'histoire de déroule dans un lointain passé, elle me semble néanmoins parfaitement d'actualité en mettant en évidence un questionnement sur le sens de la vie qui se pose peut-être encore  plus à cette époque complexe et fulgurante,  que nous vivons. C'est aussi,  pour moi, une réflexion sur le Beau, le travail de l'artisan ou de l'artiste, une interrogation sur l'ultime perfectionnement. Le concept japonais du Wabi m'interpelle et ses trois mots qui en sont l'essence, résonnent de façon récurente au fond de moi :

Simplicité

Pureté

Sobriété

Demain, lavé des turpitudes,  remettons l'ouvrage sur l'atelier pour une nnième version... plus proche de notre coeur !

La mort d'un maître de thé

La mort d'un maître de thé

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire