Le poivre rouge de Kampot

Parmi les crus de poivre du monde, le poivre de Kampot est sans conteste parmi les plus réputés.

Dans cette région tropicale du sud du Cambodge, la culture du poivre est ancienne, puisque qu’elle remonterait au XIII éme siècle. Fortement développée au XIX ème par des familles  chinoises originaires de l’Ile de Hainan, elle est entrée dans son âge d’or sous l’influence des colons français au XX ème. Alors, un spécifique savoir-faire s’est développé. Le poivre de Kampot jouit dès 1930 d’une réputation internationale.

Si il y avait qu’un seul mot pour caractériser ce poivre, c’est :  méticulosité. De la culture si particulière en buttes, jusqu’au tri final à la pince à épiler , à chaque étape le poivre de Kampot fait l’objet de toutes les attentions.

Le poivre rouge est le fleuron du poivre de Kampot. Nulle part ailleurs dans le monde, à l’exception du Kerala, il est possible de trouver un poivre rouge de cette qualité de couleur et de goût. C’est en quelque sorte la vendange tardive de Kampot. Les baies cueillies à complète maturité sont ensuite échaudées quelques instants. Cette opération a pour but de « fixer » la couleur de la baie mature. Puis un séchage minutieux permettra la bonne conservation de ce poivre.

Ce poivre exceptionnel est très étonnant à la dégustation. On y perçoit des notes de fruits rouges, presque confits. Malgré tout c’est un poivre au piquant bien soutenu. Des légumes aux poissons et viandes, sans oublier les desserts, le poivre rouge de Kampot, de par sa richesse aromatique, agrémentera judicieusement les mets les plus variés.

Quelques photos :

La culture en buttes du poivre

La culture en buttes du poivre

La cueillette du poivre rouge

La cueillette du poivre rouge

La cueillette en fin de saison

La cueillette en fin de saison

Le séchage

Le séchage

le "fameux" tri à la pince à épiler

le "fameux" tri à la pince à épiler

un souvenir de planteur

un souvenir de planteur

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire