La pomme “Teint Frais” et autres délices à venir…

De mémoire familiale,  de génération en génération, il y a toujours eu des pommiers de la variété "teint frais" au Letty et dans les fermes avoisinantes de la Cornouaille. De ma prime enfance, je garde ainsi le souvenir des pommes au four et des gelées parfumées que l'on dégustait toute l'année...enfin presque. Les vacances de la Toussaint et parfois un peu avant,  étaient l'occasion de la cueillette de cette grosse pomme (parfois énorme et même monstrueuse) savoureuse jaune aux grosses joues rouges (côté soleil) et à la forme conique-arrondie. Principalement, elle était utilisée pour la cuisson, les jus ou les gelées. Sa chair blanche juteuse,  à la fois acidulée et sucrée, quelque peu particulièrement parfumée , comme un pêché à la fois irrésistible et fugace, donnait lieu souvent , en famille, à une délectation nocturne. Pour cela, il fallait attendre le passage de l'hiver,  pour que sous une peau légèrement ridée, la chair ait eu le temps de se bonnifier, de se "serrer" et d'exprimer à perfection sa quintescence gustative.

André LEROY, pomologue angevin du XIXème siècle , l'a décrite dans son, désormais classique, dictionnaire de pomologie. Elle serait originaire de la région de Quimperlé. Elle fut identifiéé vers les années 1760, communément nommée "Kerlivio", du nom d'une Demoiselle, qui l'aurait propagé dans les environs.

Sa culture devenue commune en notre région, la "Teint frais", plus qu'une simple pomme à couteau, devint par excellence la pomme des gelées.

Perpétuant ainsi cette tradition, aujourd'hui, dans notre Atelier des saveurs,   nous utilisons nos pommes "teint frais" pour confectionner nos gelées simples ou aromatiques.

1 réponse

  1. Salut Jean Marie , tombé par hasard sur ton site , sais-tu où je pourrai trouver des pommiers teint frais et autres variétés anciennes à planter dans le coin ? Merci .
    Loik

Ajouter un commentaire